Entendu quelque part … du côté du parc Yvonne ABBAS

Et t’es bien sûr que c’est qu’il a dit ?
Oui, combien de fois j’vais te l’répéter. T’es tranquille pour un bout de temps. Ils reviendront pas j’te dis. Tondeuse, rase motte et coupe-coupe, direction la petite Madeleine, allez hop…direct au recyclage.
J’en reviens pas… c’est trop cool ça. Enfin, on va me laisser pousser en toute liberté.
Bon, c’est expérimental qu’il a dit. Alors on s’emballe pas mais si on s’y prend bien ça devrait l’faire. La faune aussi, il a dit qu’il allait « la laisser pousser». Bon j’avoue que ça, j’ai pas trop compris c’qu’il voulait dire. Ça devait être une sorte de code du genre « ici Londres »
Ouais, t’as raison un code pour le bousier, pour lui dire qu’il peut rentrer à la maison… C’est un petit comique ton gars. En tout cas, j’suis bien contente.
Tiens au fait, t’as des nouvelles de Rhino ?
Rhino ? Ah Rhino ! le scarabée ! Ouais, il a dit qu’il reviendrait bientôt, des fois qu’on aurait besoin de lui pour occuper le terrain et bloquer des machines.
C’est vrai que c’est toujours bien d’avoir un pote “espèce menacée à protéger” sous le coude dès qu’on veut arrêter un chantier. Ça laisse le temps d’organiser la lutte et de reprendre la main… et c’est toujours mieux qu’un cadavre.
Et regarde, v’là tes copines. Bon je vous laisse butiner tranquille.
Salut Merlot à la prochaine, c’était sympa de causer.
Ciao Bella, je repasse dès que t’es montée en graine… de rebelle.